Ce que le WWF fait pour protéger la nature en Belgique

En Belgique, les espaces naturels sont rares et fragmentés. De plus, ceux-ci sont souvent en proie à la pollution et doivent faire face à la pression des activités humaines. 

C’est pourquoi le WWF s’applique à développer une meilleure connectivité écologique dans le pays, symbolisée par la loutre et le chat sauvage : en améliorant l'habitat de ces espèces dites « parapluies », nous aidons aussi de nombreuses autres espèces, comme les poissons, les amphibiens ou les oiseaux. 

Le WWF travaille aussi à la cohabitation pacifique entre humains et animaux, notamment en prévenant les conflits avec le loup.

Par ailleurs, le WWF protège et restaure la mer du Nord, depuis les bancs de coquillages jusqu’aux plages et aux dunes, pour y limiter les effets néfastes des activités humaines et du changement climatique. 

Enfin, grâce aux actions de sensibilisation, le WWF veut impliquer davantage les citoyen·nes en leur faisant découvrir nos merveilles naturelles et en leur apprenant à les protéger.

Découvrez nos actions dans notre rapport annuel

Situation géographique

Belgique

Superficie

30 528 km²

Climat

Tempéré océanique

Paysage

Dunes côtières, polders, zones agricoles, landes et forêts de résineux et de feuillus

Protéger la nature en Belgique c’est agir sur

DÉGRADATION DE L’HABITAT

La nature est menacée par les humains : urbanisation galopante, intensification des pratiques agricoles et sylvicoles, pollutions. Ces nombreuses activités sont la cause principale de la dégradation des habitats naturels. 

En savoir plus

DÉGRADATION DE L’HABITAT

CONFLITS HUMAIN-ANIMAL

Dans certaines régions, les zones naturelles sont confrontées à une activité humaine croissante. Cette situation oppose les espèces animales et végétales aux humains et conduit à la disparition progressive de la biodiversité.

En savoir plus

CONFLITS HUMAIN-ANIMAL

La loutre

La loutre, animal solitaire semi-aquatique, est un symbole des rivières vivantes. La loutre d’Europe a beaucoup souffert du drainage des zones humides et de la pollution des rivières. Le WWF, avec l’INBO, a pu étudier l’espèce et déterminer les zones prioritaires à protéger en Flandre et dans la vallée de l’Escaut.

Le loup

Depuis début 2018, le loup est de retour en Belgique après plus de cent ans d’absence. Le WWF accompagne sa réintégration en proposant des mesures rendant la cohabitation entre l’animal et l’humain possible.

Le chat forestier

Le chat forestier vit dans les grandes forêts de Wallonie. Il existe encore assez peu d’informations sur cette espèce en Belgique. Le WWF mène donc des recherches afin d’aider l’animal à évoluer au mieux dans son habitat. 

Le tétras lyre

Celui qu’on appelle aussi le « petit coq de Bruyère » est l’une des espèces les plus emblématiques et des plus menacées du plateau des Hautes-Fagnes. Le WWF s’attelle à sauver l’espèce de l’extinction locale en menant un projet de réintroduction.

 

C’est si motivant de revoir des espèces de retour comme le loup ou la loutre, parfois après plus d’un siècle d’absence ! Nous avons encore des zones sauvages pour les accueillir chez nous, mais celles-ci sont souvent réduites et morcelées. Pour un retour à long terme, il y a donc encore beaucoup de travail. Avec nos partenaires, nous allons faire notre possible pour que ces espèces, et beaucoup d’autres, aient un avenir prospère en Belgique.

Corentin Rousseau,

Program Manager

Comment puis-je faire la différence ?

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons poursuivre notre travail de protection de l’environnement pour construire un monde dans lequel l’humain vit en harmonie avec la nature. Une nature vivante et résiliente, que nous pourrons fièrement transmettre aux générations suivantes. Il existe une multitude de possibilités pour agir ensemble !

Array
Array