On l’appelle l’Amazonie de l’Europe : l’UNESCO reconnaît une nouvelle réserve de biosphère

On l’appelle l’Amazonie de l’Europe : l’UNESCO reconnaît une nouvelle réserve de biosphère

La désignation par L’UNESCO de la réserve de biosphère Mur-Drave-Danube représente une étape historique dans la construction d’une nouvelle ère pour l'humain et la nature, alors que le monde fait face à une crise climatique et à un important déclin de la biodiversité. Cette réserve est un modèle international de conservation, de résilience au changement climatique et de développement durable.

L’UNESCO a officiellement déclaré la zone transfrontalière Mur-Drave-Danube réserve de biosphère ce mercredi 15 septembre 2021. Le WWF travaille depuis de nombreuses années avec l’UNESCO pour cette reconnaissance, en collaboration avec les autorités des cinq pays concernés et des partenaires locaux. La réserve est la première du monde à s’étendre sur cinq pays : l’Autriche, la Slovénie, la Croatie, la Hongrie et la Serbie.

L’Amazonie de l’Europe

Cette réserve de biosphère s’étend sur l’Autriche, la Slovénie, la Croatie, la Hongrie et la Serbie. Elle est traversée par 700 kilomètres de rivières : la Mur, la Drave et le Danube, d’où son nom. La superficie totale de la réserve atteint presque un million d’hectares, ce qui en fait la plus large zone fluviale protégée du continent et qui lui vaut ce surnom d’« Amazonie de l’Europe ».

La région abrite une biodiversité exceptionnelle, approvisionne les habitants de la région en eau potable et les protège des inondations.

Des solutions basées sur la nature

Cette réserve de biosphère est un bel exemple européen de la façon dont la nature peut nous apporter des solutions, si on la préserve : 900 000 personnes vivent dans cette zone et en dépendent pour vivre. Les plaines inondables intactes de la réserve de biosphère approvisionnent les habitan·ets en eau potable et les aident à se protéger des inondations.

Une biodiversité exceptionnelle

Avec ses rares forêts alluviales, ses bancs de sable et de gravier, ses îles, ses rivières à méandres et ses bras morts, la nouvelle réserve Mur-Drave-Danube recèle une biodiversité extraordinaire. La région abrite la plus forte densité de pygargues à queue blanche nicheurs d’Europe continentale, mais aussi des loutres, des castors et des esturgeons qui sont en danger critique d’extinction. Il s’agit également d’une halte importante pour plus de 250 000 oiseaux migrateurs chaque année.

Les paysages spectaculaires des lieux attirent également un nombre croissant de voyageurs et voyageuses. L’Amazonie de l’Europe a le potentiel de développer un tourisme durable et basé sur la nature dans la région, mais elle sert avant tout de modèle de réussite où l'humain peut vivre en harmonie avec la nature.