Des nouvelles de nos loups en Belgique

Des nouvelles de nos loups en Belgique

Excellente nouvelle : la louve Noëlla a mis bas fin avril, en Flandre. Cette portée de louveteaux vient renforcer la population de Belgique… Et nous donne l’occasion de refaire le point : combien de meutes de loups vivent en Belgique ? Comment se portent-ils ? Et quel avenir chez nous pour cet animal emblématique, revenu après un siècle d’absence ?

Après 100 ans d’absence, la Belgique est à nouveau terre d’accueil de loups depuis 2017. Et la présence de cet animal fait couler presque autant d’encre que les potins des stars de nos séries préférées.

Lors de son arrivée, il y a cinq ans, la question qui brûlait toutes les lèvres était la suivante : le loup allait-il rester chez nous ? Depuis, la réponse semble pencher pour le oui.

Loup wolf

Des couples se sont formés, en Wallonie comme en Flandre. Naya et August, puis Noëlla et August, Akéla et Maxima… voici certains des noms qui ont figuré ou figurent encore en tête d’affiche de la saga des loups belges.

Et, dernier scoop en date : Noëlla vient tout juste de mettre bas. Mais qui est qui, déjà ? Pas de panique, on vous réexplique tout.

Où sont les loups en Belgique ?

Actuellement, la Belgique compte une meute de loups en Flandre, et une en Wallonie. En Wallonie, un loup mâle s’est aussi installé, probablement encore à la recherche d’une louve avec qui vivre une belle romance.

En Flandre, la meute est dirigée par le couple Noëlla et August. L’année passée, ils ont eu la première portée de Flandre depuis cent ans ! Des quatre louveteaux nés, deux sont malheureusement morts à cause d’accidents de la route. La vie est rude dans notre pays strié de routes pour de louveteaux peu attentifs. La Belgique comporte en effet un réseau routier important : on compte de cinq kilomètres de routes par kilomètre carré !

Mais cette année a ramené de l’espoir : il y a quelques semaines, nous avons repéré avec bonheur le ventre arrondi de la louve Noëlla sur les photos des caméras piège. Depuis, sans doute fin avril, elle a mis bas. Combien de louveteaux compte sa portée reste encore un mystère. Nous n’aurons la réponse à cette question que dans quelques semaines, lorsque les petits commenceront à s’aventurer en dehors de leur tanière.

En Wallonie, six loups vivent dans les Hautes-Fagnes de façon permanente. D’abord, il y a la meute dirigée par le mâle Akéla et la louve Maxima. Le couple s’est installé dans la région respectivement en juin 2018 et en décembre 2020. Les deux loups viennent d’une lignée germano-polonaise. En 2021, leur première portée de trois louveteaux a vu le jour.

Enfin, le Réseau Loup du Service public de Wallonie (SPW) a confirmé en février de cette année l’installation d’un loup d’origine italo-alpine. Surnommé le « loup de Bullange », il semble pour le moment encore seul sur son territoire, contigu à celui d’Akéla et Maxima.

Pourrait-il y avoir trop de loups en Belgique ?

Une meute est composée d’un couple dominant et de leurs petits de l’année, ainsi que des jeunes de l’année précédente. En tout, cela fait maximum une dizaine de loups. Cette meute a besoin d’un grand territoire – environ 400 km² - qu’elle revendique et où aucune autre meute ne peut s’établir.

En Belgique, le nombre de territoires potentiels est limité. C’est pourquoi on estime que maximum trois à quatre meutes d'environ dix loups chacune (en fonction du nombre de louveteaux nés et du nombre de survivants) pourraient s’établir dans les années à venir.

Si la zone venait à être trop petite, les plus grands louveteaux quitteraient la meute pour s’établir ailleurs – parfois à des milliers de kilomètres de là. Une surpopulation de loups en Belgique est donc inenvisageable.

Le retour du loup, positif ou négatif ?

Après un siècle d’absence, le retour du loup en Belgique est une excellente nouvelle pour la biodiversité de notre pays. Cependant, la cohabitation avec les humains reste un défi.

Cela nécessite de tordre le cou à certains préjugés tenaces (découvrez pour cela les cinq choses à savoir absolument sur le loup) et de mettre en place certaines mesures concrètes, notamment pour protéger les troupeaux.

C’est pour cela qu’un Plan Loup a été développé par les autorités, au sud comme au nord du pays. L’objectif ? Soutenir les éleveurs et les éleveuses, protéger les loups, et ainsi assurer un avenir serein pour les deux. Une tâche soutenue entre autres par le WWF à travers l’initiative de la Wolf Fencing Team.

Protéger les élevages des attaques de loups : devenez volontaire !

Plus de loups signifient qu’il y aura un besoin plus grand en nourriture. La prudence reste donc de mise afin que les loups ne s’en prennent pas aux troupeaux.

Vous aimeriez contribuer activement à rendre possible la cohabitation avec le loup ? Vous êtes dispose·e et êtes prêt·e à vous retrousser les manches et à acquérir quelques connaissances en technique de protection de troupeaux ?

Inscrivez-vous et rejoignez la Wolf Fencing Team Belgium ! Les volontaires peuvent agir de différentes manières. Que ce soit pour la gestion organisationnelle ou pour le soutien technique aux éleveurs, votre aide est plus que bienvenue. Faites-nous savoir de quelle façon vous aimeriez participer et nous vous contacterons rapidement !

VOUS SOUHAITEZ RESTER AU COURANT DE TOUTES NOS ACTUALITÉS ?
INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER