L'UE, 2e plus grand importateur de produits issus de la déforestation

L'UE, 2e plus grand importateur de produits issus de la déforestation

Avec une bonne législation, l'Union européenne (UE) pourrait permettre un changement.

Le rapport met en lumière les coulisses des importations de l'UE ainsi que leur influence sur la déforestation tropicale et la destruction d'autres écosystèmes partout dans le monde. Il montre un lien direct entre la consommation de produits importés et la conversion d'écosystèmes comme les forêts tropicales ou la savane brésilienne (Cerrado). Partout dans le monde, la déforestation et la conversion des écosystèmes contribuent à la crise climatique et au déclin de la biodiversité, détruisent les moyens de subsistance des communautés locales et menacent notre santé.

Découvrez le rapport

Découvrez la position du WWF

Les importations européennes de soja entraînent la conversion du Cerrado brésilien, la savane la plus riche en biodiversité au monde. Faute d’inclure la protection des savanes, prairies et zones humides dans la nouvelle législation, l’Union européenne continuera d’être complice de la destruction d'écosystèmes précieux pour la biodiversité et la lutte contre le changement climatique.

Les principales conclusions sont :

  • L'UE est le deuxième plus grand importateur de produits issus de la déforestation après la Chine. En 2017, l'UE était responsable de 16 % de la déforestation associée au commerce international, soit 203 000 hectares et 116 millions de tonnes de CO₂. 
  • Entre 2005 et 2017, le soja (destiné en grande partie à l’alimentation des animaux d’élevage), l'huile de palme et la viande de bœuf ont été les matières premières impliquant la plus grande déforestation tropicale importées par l'UE, devant les produits en bois issus de plantations, le cacao et le café.
  • Durant cette période, les principales économies de l'UE - Allemagne, Italie, Espagne, Royaume-Uni, Pays-Bas, France, Belgique et Pologne – ont été conjointement responsables de 80 % de la déforestation importée dans l'UE.
  • La demande de l'UE pour ces matières premières conduit également à la destruction d'autres écosystèmes que les forêts, comme les prairies ou les zones humides. Le rapport établit clairement des liens entre la consommation (notamment de soja et de viande) dans l'UE et la conversion de paysages de prairies.
  • La Belgique comptabilise une déforestation importée annuelle de 14 800 ha, associée aux matières premières agricoles consommées ou utilisées comme alimentation pour les animaux d’élevage. Ceci est largement dû au soja, à l’huile de palme et au cacao.

À la lumière de ces constats, la Commission européenne doit s'attaquer résolument à l'empreinte de l'UE avec une proposition de loi forte et efficace. Cette législation doit empêcher tout produit ayant contribué - de manière « légale » ou illégale - à la destruction de la nature ou à une violation des droits humains d'entrer sur le marché de l'UE. Elle doit aussi aller beaucoup plus loin que les mesures volontaires et proposer des règles claires aux entreprises. Pour le moment, l'UE fait partie du problème, mais avec une bonne législation, elle pourrait faire partie de la solution.

Together4Forests

En 2020, près de 1,2 million de personnes ont participé à la consultation publique de l'UE sur la déforestation à travers la campagne « #Together4Forests » afin d’exiger une législation forte et ambitieuse pour réduire l'empreinte de l'UE sur les forêts et autres écosystèmes. C’est la participation la plus importante de l'histoire de l'UE à une consultation publique sur un sujet environnemental.

Ce que nous demandons

Le WWF suit attentivement l'évolution et a huit attentes pour une nouvelle législation ambitieuse. Il est essentiel que les produits et matières premières ayant contribué (ou susceptibles de contribuer) à la déforestation et/ou à la conversion ne puissent plus entrer sur le marché européen. La législation doit aussi garantir le respect des droits humains, imposer des obligations de « diligence raisonnée » aux entreprises tout comme au secteur financier et assurer la traçabilité des matières premières ainsi que la transparence de la chaîne d'approvisionnement. Il est également primordial que l'UE renforce sa collaboration avec les pays producteurs de manière à soutenir les efforts internationaux pour mettre un terme à la déforestation, à la destruction de la nature et aux violations des droits humains.