Les éléphants d’Asie, victimes du trafic… de bracelets

Les éléphants d’Asie, victimes du trafic… de bracelets

Qui dit braconnage d’éléphants pense souvent à l’ivoire des éléphants d’Afrique. Pourtant, l’éléphant d’Asie en souffre tout autant. Et une nouvelle menace s’est ajoutée aux autres : celle du trafic de la peau d’éléphant, un marché grandissant en Asie. Le WWF s’efforce de protéger l’espèce, notamment à travers un projet inédit au Cambodge.

 

Le 12 août, c’est la journée internationale de l’éléphant. L’occasion de rappeler le sort peu enviable qu’endurent les plus grands mammifères terrestres au monde, tant en Afrique qu’en Asie : trafic d’ivoire, perte d’habitat, conflits avec les populations locales…

WWF elephant gallery03

Comme si cela ne suffisait pas, les éléphants d’Asie subissent deux menaces supplémentaires : celle de se faire capturer illégalement pour se faire dompter et celle, plus récente, de se faire braconner, non plus uniquement pour leur ivoire, mais aussi pour leur peau.

Tués, dépecés et découpés

Pourquoi ? Notamment pour transformer leur peau épaisse en bijoux macabres : des colliers ou bracelets censés offrir une santé de fer aux personnes qui les porteront.

Or, les éléphants d’Asie sont en danger d’extinction - seuls environ 40 000 éléphants d’Asie subsistent encore à l’état sauvage aujourd’hui. Il est donc impératif d’agir contre cette nouvelle tendance funèbre.

WWF elephant gallery01

Solution miracle pour une santé de fer : exploiter la vie sauvage

La médecine traditionnelle chinoise est friande, on le sait, de toutes sortes de dérivés d’espèces protégées : citons le tigre, le rhinocéros, le jaguar, le léopard, l’ours noir d’Asie ou encore le pangolin… la liste est longue. On leur attribue en effet des tas de vertus extraordinaires pour la santé.

La communauté scientifique, de son côté, n’a jamais appuyé ces théories extravagantes. Qu’à cela ne tienne, cette médecine alternative est loin d’être marginale. Elle a plutôt le vent en poupe : en 2018, elle rapportait 52 milliards d’euros à travers le monde. Au grand dam des ONG de défense de l’environnement, car ces pratiques pourraient bien mener un nombre croissant d’espèces sauvages à leur perte.

WWF elephant gallery06

Y compris l’éléphant, qui intéressait déjà les braconniers pour ses défenses, ses poils, ou encore pour le dressage. Avec ce nouvel attrait pour sa peau et ses prétendues vertus formidables, l’éléphant se trouve encore plus menacé.

Participerez-vous à protéger les éléphants d’Asie ?

Le WWF-Belgique est notamment présent dans la province du Mondulkiri, au Cambodge. Là, seuls environ 150 éléphants vivent encore à l’état sauvage. Aujourd’hui, nous ne savons presque rien d’eux, car malgré leur stature imposante, ce sont des animaux particulièrement difficiles à repérer. Tout ce que nous savons, c’est que si nous ne prenons aucune mesure, leur population risque très rapidement de s’effondrer de manière dramatique. Rien que ces dernières années, 14 carcasses d’éléphants braconnés ont été retrouvées – soit près de 10 % de la population. Pour les protéger, nous devons urgemment connaître leur habitat, leurs habitudes et leurs déplacements.

WWF elephant gallery07

Opération collier GPS

Comment ? En fixant des colliers GPS sur certains éléphants « doyens » de la horde.

En effet, les espaces naturels dans la province sont si vastes que nous ne pouvons tout surveiller efficacement. À l’aide des colliers GPS, nous pourrons mieux connaître les habitudes et trajets des éléphants grâce à des études approfondies. Cela permettra de contrer efficacement le braconnage, en concentrant l’action des éco-gardes, qui se chargent de leur protection, aux endroits les plus critiques. En outre, cette opération servira à mieux comprendre les conflits avec les populations locales et à y remédier.

WWF elephant gallery04

Cela offrira enfin au gouvernement la preuve qu’il est important de sauvegarder cette forêt immense : il s’agit de l’une des dernières grandes zones sauvages d’Asie du Sud-Est, d’importance capitale pour le continent.

Cette opération, inédite au Cambodge, s’avère très délicate et onéreuse. Soutenez notre projet : aidez-nous à protéger les éléphants d’Asie aujourd’hui. Car bientôt, il sera trop tard.

 WWF elephant don 1