WWF TX2 header2 WWF TX2 header2

TX2

DOUBLER LE NOMBRE DE TIGRES A L'HORIZON 2022

En 100 ans, la population de tigres sauvages est passée de 100 000 à 3 900 individus, malgré d’importants efforts de conservation entrepris depuis les années 1970. 

Les raisons d’un tel déclin ? Le braconnage persistant des tigres mais aussi de leurs proies, ainsi que la déforestation, initiée pour laisser place à de nouvelles infrastructures ou à des terrains agricoles et qui réduit considérablement l’espace vital des tigres sauvages.

En 2010, alors que le nombre de tigres était au plus bas (3 200 individus), les gouvernements des 13 pays qui abritent encore le félin - le Bangladesh, le Bhoutan, le Cambodge, l’Inde, l’Indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, le Népal, La Russie, la Thaïlande, la Chine et le Vietnam - ont décidé de mettre sur pied un plan d’action destiné à protéger le tigre et à doubler sa population à l’horizon 2022, la prochaine année chinoise du Tigre.

Cet ambitieux projet, dont le WWF est l’un des principaux acteurs, a pour nom Tx2. Il prévoit une approche stratégique à long terme, basée sur la collaboration transfrontalière.

Quel est le rôle du WWF ?

Le WWF est l’une des forces motrices du projet Tx2. Nous sommes actifs dans sept réserves naturelles réparties sur les 13 « pays du tigre ».

  1. Nous exerçons une forte pression politique : Depuis le Sommet du Tigre de Saint-Pétersbourg en 2010, nous continuons à faire pression au niveau politique. Le WWF vérifie constamment si les promesses qui ont été formulées sont suivies d’actions concrètes.

  2. Nous formons les rangers : La lutte contre le braconnage est essentielle à la réussite du projet Tx2. Formés par les équipes du WWF, les rangers détruisent les pièges et s’aident de caméras pour traquer et arrêter les braconniers. En collaboration étroite avec TRAFFIC – le réseau de surveillance des espèces sauvages – le WWF se bat également contre le commerce illégal des tigres et de parties de leurs corps.

  3. Nous protégeons l’habitat du tigre et recensons les populations : Le WWF appelle les « pays du tigre » à élargir les zones protégées dans les régions susceptibles d’abriter des tigres sauvages. La création de couloirs reliant ces zones permet d’éviter la fragmentation de l’habitat naturel du félin. Nous encourageons par ailleurs les entreprises et les fermiers locaux à y mener leurs activités dans le respect de l’environnement et de façon durable. Les populations de tigres sont également régulièrement recensées à l’aide de caméras de surveillance et de colliers GPS. Au WWF-Belgique, nous mettons tout en œuvre pour que l’objectif Tx2 soit atteint. Nous soutenons plus particulièrement deux projets de terrain en Asie : le projet « Tenasserim » en Thaïlande ainsi que le projet de réintroduction « Mondulkiri » au Cambodge. Découvrez également les coulisses de notre campagne nationale : « Des familles en voie d’extinction sauvent une famille en voie d’extinction », menée en 2015.

L’objectif Tx2 est-il réalisable ?

Oui, à la seule condition que chacun des 13 « pays du tigre » s’investisse pleinement dans le projet. Le Sommet du Tigre de 2010 a mené à l’élaboration de plans d’action individuels, qui présentent la façon dont chaque pays peut contribuer au succès du projet Tx2.

Tous les pays doivent-il doubler le nombre de tigres présents sur leur territoire ?

Non, il s’agit d’un objectif global : le but est d’atteindre une population viable d’au moins 6 000 tigres sauvages à l’échelle mondiale. Le nombre de tigres que chaque pays peut abriter est déterminé selon des estimations au cas par cas. Sur l’ensemble du territoire qu’occupent les tigres, les experts du WWF ont identifié des zones présentant des conditions optimales pour que les animaux puissent se reproduire et prospérer - c’est là que le WWF concentre ses efforts.

Y-a-t-il des signes encourageants ?

Pour la première fois depuis des décennies, le nombre de tigres sauvages a augmenté ! Selon les estimations les plus récentes, datant du mois d’avril 2016, on dénombre désormais 3 890 tigres à l’état sauvage, soit une hausse de près de 20 % depuis 2010. Cette progression est le fait de l’augmentation des populations de tigres en Inde, en Russie, au Népal et au Bhoutan, des efforts croissants pour les protéger, mais aussi de méthodes de recensement plus précises.

Plus d'informations