WWF dawna tenasserim header WWF dawna tenasserim header

Dawna-Tenasserim

UN REFUGE PRÉCIEUX POUR LE TIGRE D'INDOCHINE ENTRE LA THAÏLANDE ET LE MYANMAR

Avec la plus grande population de tigres de la région du Grand Mékong, l’éléphant d’Asie, la chauve-souris bourdon et le très menacé crocodile du Siam, le territoire du Dawna-Tenasserim abrite une remarquable biodiversité. 

Le paysage du Dawna-Tenasserim, qui couvre une région de 63 239 km², se compose des chaînes de montagnes Dawna et Tenasserim. Les sources des principaux fleuves de la région jaillissent dans ces montagnes. La région abrite entre autres les bassins versants du Tenasserim, dans la région de Taninthayi au Myanmar, du Mae Khlong, du Chao Phraya et du Phetchaburi. On y trouve des forêts humides sempervirentes du côté du Myanmar et une mosaïque de forêts sempervirentes et décidues du côté thaïlandais. Ces immenses forêts hébergent une diversité de groupes ethniques qui habitent la région depuis des siècles.

Le tigre et d’autres espèces emblématiques

À la frontière entre le Myanmar et la Thaïlande, dans le Dawna-Tenasserim, se trouve l’une des plus grandes populations de tigres de la planète. Un réseau de territoires protégés de plus de 30 000 km² abrite pas moins de 200 tigres, sur un total de 250 individus dans l'ensemble du Grand Mékong – soit près de 5% de la population mondiale. Cela fait du Dawna-Tenasserim une zone cruciale pour la protection du tigre dans la région. 

Outre le tigre, la région abrite également la chauve-souris bourdon, l’un des plus petits mammifères au monde, l’éléphant d’Asie, le crocodile du Siam, qui est menacé d’extinction, et d’autres espèces rares et endémiques telles que le pitta de Gurney et le yak sauvage.

Sous pression

Les forêts du Dawna-Tenasserim sont grandement menacées par la déforestation. L’expansion de l’agriculture, les coupes de bois, la fragmentation des forêts, la récolte non durable des produits de la forêt, le développement de grandes infrastructures telles que les routes, pipelines et barrages entraînent peu à peu la disparition des forêts sauvages et de leurs riches écosystèmes. 

Une lutte plus vigoureuse est par ailleurs nécessaire contre le braconnage, qui reste malheureusement la principale menace pour le tigre et bien d’autres animaux vivant dans les forêts de la région.

Que fait le WWF ?

Le WWF agit sur quatre fronts dans le Dawna-Tenasserim.

1) Conserver les forêts et la faune sauvage du Dawna-Tenasserim, avec une attention spéciale portée aux tigres et aux éléphants.

Nos équipes engagées dans ce projet soutiennent le département des parcs nationaux et de la conservation des plantes et animaux sauvages de Thaïlande ainsi que d’autres intervenants par :

  • l’entraînement des rangers par le biais du système SMART (Spatial Monitoring And Reporting Tools), utilisé pour observer et gérer le terrain plus efficacement ;
  • la coordination de la gestion des parcs nationaux, en y impliquant également les autorités, l’armée et la police ;
  • l’établissement de partenariats avec les communautés, y compris les dirigeants locaux, les agriculteurs et les écoles, afin de lutter contre le braconnage et de protéger la forêt ;
  • l’amélioration de l’habitat des animaux sauvages par la création de prairies et l’installation de blocs de sel et d’abreuvoirs ;
  • la gestion des conflits entre les éléphants et les hommes par l’amélioration de l’habitat des éléphants et la mise en place de lignes d’appel et d’équipes prêtes à intervenir lorsque les éléphants quittent les zones naturelles protégées. 

2) Conserver et améliorer la connexion entre les territoires naturels

Le WWF œuvre au maintien de connexions entre les zones naturelles :

  • par l’évaluation des services écosystémiques grâce à des instruments d’analyses de scénarios et des systèmes géographiques informatisés, et en influençant les prises de décision concernant des infrastructures telles que les routes et les barrages ;
  • par la création de corridors reliant les différentes zones naturelles protégées, de telle manière que les animaux puissent aisément migrer d’un territoire à l’autre.

3) Mener des recherches sur la conservation de la nature et assurer le suivi des résultats

Nos actions pour la conservation de la nature sont basées sur des recherches de terrain poussées sur les tigres et leurs proies ainsi que sur les éléphants. Nos activités de recherche et de suivi comprennent entre autres :

  • le monitoring de la végétation forestière ;
  • l’estimation du nombre de tigres à l’aide de caméras-pièges et le recensement de leurs proies ; 
  • l’estimation des populations d’éléphants par identification photographique et analyse ADN de leurs déjections ;
  • la restauration des populations d’ongulés et le suivi de leur distribution ;
  • des recherches concernant la cohabitation du tigre avec ses rivaux tels que le léopard et les chiens sauvages ;
  • des recherches concernant les éléphants qui migrent vers des territoires non protégés.

4) Exercer un lobbying pour obtenir un changement de politique et sensibiliser la société à une meilleure conservation de la nature.

Le WWF mène des actions de lobbying et de conscientisation concernant :

  • le bien-être des gardiens de parcs ;
  • la sécurité des territoires protégés et des zones boisées ;
  • la réduction du braconnage et de la demande de viande d’animaux sauvages ;
  • la promotion de politiques en faveur de l’élargissement des zones protégées et des corridors écologiques ;
  • l’intégration de principes d’une économie verte et du capital naturel, pour une gestion durable des matières premières et des services écosystémiques. 
  • Région
    Grand Mékong
  • Durée
    2016-2018
  • Objectif
    Préserver l’intégrité des écosystèmes du Dawna-Tenasserim en protégeant et reliant les habitats naturels, et maintenir les services écosystémiques pour les populations du Myanmar et de la Thaïlande
  • Partenaires
    WWF-Thaïlande, WWF-Myanmar
  • Grand Mékong

Budget

rapports annuels

Plus d'informations