Les populations autochtones, de véritables alliées pour la conservation

Les populations autochtones, de véritables alliées pour la conservation

Le 9 août 2019 marque le 12e anniversaire de l’adoption de la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones par l’Assemblée Générale. Il y a entre 370 et 500 millions d’autochtones dans le monde. Ces communautés parlent environ 7000 langues et représentent la moitié de la diversité culturelle mondiale. L’appellation « autochtone » protège ces communautés en leur reconnaissant des droits sur leur culture et sur leurs terres ancestrales dont elles ont souvent été exclues et privées d’accès pour des raisons historiques.

Les peuples autochtones ont une connaissance intime du territoire et de la nature qu’il faut préserver. Ils ont dès lors un rôle important à jouer dans la préservation de la biodiversité. C’est pourquoi, le WWF travaille en collaboration avec les communautés locales et les peuples autochtones lors de la mise en place des projets sur le terrain.

L’exemple de l’Equateur…

En Equateur, le territoire de la communauté Achuar s’étend sur 682 000 hectares de la forêt amazonienne, dont 97% de forêt vierge. Étant confrontés à de nombreuses pressions sociales et environnementales qui menaçaient leur territoire et leur souveraineté, les Achuar ont adapté leur mode de vie. En développant des moyens de subsistance alternatifs et durables, liés à la conservation, ils ont fait de leur territoire l’endroit le mieux conservé de l’Amazonie équatorienne.

Avec l’aide du WWF-Equateur, ils ont mis en place un système de conservation et de réserves écologiques dans l’Amazonie équatorienne qui articule le travail de terrain et l’approche gouvernementale. Cette initiative, appelée SACRE (en espagnol, Sistema Achuar de Conservación y Reservas Ecológicas), est une réussite importante pour les efforts de conservation menés par les peuples autochtones. C’est la première aire officiellement protégée par des communautés locales en Equateur.

https://www.youtube.com/embed/jX6UyS6umCA?enablejsapi=1&origin=https:%2F%2Fwwf.be

« La philosophie du WWF est de privilégier le travail en collaboration étroite avec les communautés locales pour mettre en place des projets qui promeuvent des changements internes, tout en prenant en compte les caractéristiques uniques et les croyances de chaque culture. C’est uniquement en travaillant de cette manière qu’une initiative peut s’inscrire dans le temps. Nous développons les projets AVEC les personnes autochtones. » précise Hugo Arnal, le directeur du WWF-Equateur.

…et celui du Cambodge

Le WWF travaille actuellement avec des populations autochtones au Cambodge pour faire valoir leurs droits sur leurs terres et transformer celles-ci en zones légalement protégées.

Ces dernières années, la déforestation et l’accaparement de terres dues aux pressions commerciales, rendent vulnérables les peuples autochtones du Cambodge qui vivent de la culture de terres forestières et des produits de la forêt. Depuis 2000, le gouvernement cambodgien travaille avec les populations forestières afin d’accroître leur implication dans la gestion des ressources naturelles. Néanmoins, les communautés qui souhaitent se joindre à cette initiative se heurtent à des obstacles administratifs et ont besoin d’un soutien technique. Le WWF souhaite donc renforcer leurs capacités et s’assurer qu’elles soient reconnues comme propriétaires de leurs terres.

Pour ce projet, nous travaillons actuellement sur quatre axes pour 2022 :  

  • 2 plans de gestion communautaire des terres sont élaborés en collaboration avec les communautés et appliqués dans des régions cruciales pour le cerf-cochon et l’ibis géant notamment.
  • La biodiversité et les communautés bénéficient de la gestion durable de 2 réserves naturelles, de 8 forêts communautaires et de 3 propriétés foncières collectives autochtones.
  • Les communautés bordant les forêts communautaires entreprennent des activités durables pour assurer leurs revenus (écotourisme, agriculture ou produits forestiers non ligneux).
  • Les communautés sont plus autonomes grâce à un solide réseau de forêts communautaires, au soutien de parties prenantes, en renforcement de l’égalité des genres ainsi qu’à une utilisation des terres et une gestion forestière durables.

Encouragé par les résultats de nos collaborations actuelles, le WWF continue à s’engager dans de nouveaux projets de sauvegarde de la biodiversité aux côtés de populations autochtones.