WWF braconnage stroperij header2 WWF braconnage stroperij header2

Braconnage & Commerce illégal

Le monde fait face à une recrudescence du braconnage et du commerce illégal des espèces sauvages, des activités qui détruisent la faune et menacent d'extinction de nombreuses espèces protégées.

 

Le commerce illégal de la vie sauvage serait la seconde cause du déclin des espèces après la perte de leur habitat et le quatrième trafic le plus important au monde après le trafic de drogue, la contrefaçon et la traite d'êtres humains. Encouragés par l'appât du gain et la faiblesse des peines encourues, les braconniers, appuyés par de puissants réseaux criminels, sont aussi bien organisés, équipés et financés qu’une armée. Chaque année, le trafic illégal d’espèces génère un bénéfice net de plus de 10 milliards de dollars.

Pour les espèces protégées, l’engrenage est infernal. Plus elles sont rares, plus leurs produits dérivés sont convoités, accentuant ainsi la probable disparition de l’espèce. Les éléphants sont l’une des grandes victimes du braconnage : quelque 30 000 individus sont tués annuellement pour leur ivoire. Ils risquent même de disparaître d’Afrique centrale si ce phénomène persiste. Mais une multitude d’autres espèces, comme les rhinocéros, les tigres ou encore les tortues marines subissent le même sort.

Pour lutter contre le braconnage et le commerce illégal de la faune sauvage, le WWF et l'Union Internationale pour la conservation de la nature (UICN) ont créé en 1976 le réseau de surveillance du commerce de la faune et de la flore sauvages connu sous le nom de TRAFFIC. Sa mission est de s'assurer que le commerce d'espèces sauvages ne menace pas la conservation de la nature. Nous travaillons également en étroite collaboration avec d’autres partenaires, dont des organisations de conservation de la nature ainsi que les autorités gouvernementales pour renforcer les législations et sensibiliser les populations locales.